jeudi 14 juillet 2011

The Tedeschi Trucks Band - Le Trianon (Paris) - 07/07/2011


Si c'est à Bercy en 2006 au concert d'Eric Clapton que j'ai vu et entendu le nom de Derek Trucks pour la première fois. Il faudra néanmoins 5 ans et ce soir de juillet 2011 pour que je vois le bonhomme sur scène pour la première fois en pleine maîtrise de son répertoire. Ce ne sont pourtant pas les occasions qui ont manqué de le voir, le Derek Trucks Band étant venu à plusieurs reprises dans la capitale. C'est en compagnie de sa femme Susan Tedeschi et sous le nom de leur nouveau groupe Tedeschi Trucks Band qu'il officie ce soir dans la splendide salle du Trianon.

La première partie est assurée par le virtuose de la pedal steel, Robert Randolph et de son family band. Un set rondement mené avec une bonne dose d'énergie. A retenir une version survitaminée du Purple Haze de Jimi Hendrix, le fameux titre The March sur lequel Robert montre un pas de danse que le public ne tarde pas à imiter et enfin le moment totalement jubilatoire où chacun des musiciens prend la place de son collègue. Le bassiste jouant de la batterie, le batteur de la pedal steel et Robert Randolph effectuant quelques notes à la basse etc...
Après une telle débauche d'énergie, on se dit que le pari est risqué de prendre un tel groupe en première partie. Ceci dit l'univers musical et la manière d'interpréter la musique étant totalement différente entre les deux groupes que le Tedeschi Trucks Band n'a aucune raison d'avoir peur de se voir voler la vedette.


Le Tedeschi Trucks Band compte pas moins de 11 musiciens sur scène. Mêlant principalement ceux du Derek Trucks Band (le pianiste Kofi Burbridge et le chanteur Mike Mattison relégué aux choeurs) et du groupe de Susan Tedeschi (Tyler Greenwell à la batterie...)
Un groupe qui aurait tout aussi bien pu se nommer Tedeschi Trucks Family Band tant l'amitié qui lie chaque musicien est palpable tout au long du set.


Derek Trucks a bien changé depuis la dernière fois que je l'ai vu. Arborant une barbe parachevant de le faire ressembler à la réincarnation parfaite de Duane Allman.
On aurait pu penser qu'au milieu d'une telle formation que le champ d'action de Derek serait restreint, hors il demeure toujours le guitariste habile, capable de se mettre en avant comme en retrait pour servir au mieux le morceau qu'il interprète. On ventera bien sûr son jeu de slide exceptionnel même si d'autres facettes de son jeu passent malencontreusement à l'as aux yeux du public. Pour ma part je reste impressionné par son jeu de main droite qui fait mouche à tout les coups.



La setlist du concert est principalement composée de titres du premier album de la formation "Revelator". Un album riche et varié où s'entremêlent les influences des deux époux.
Contrairement à ce que l'on pourrait penser, si le groupe tient un virtuose hors pair en la personne de Derek, Susan n'en délaisse pas pour autant la guitare. Jouant des rythmiques funky à la wah-wah comme sur cette version apocalyptique de Sing A Simple Song de Sly & The Family Stone ou assurant seule les chorus sur la complainte Blues That Did It. Mais les moments où cette dernière est absolument époustouflante sont lorsqu'elle laisse de côté la guitare, pour se concentrer uniquement sur son chant qui atteint des sommets fabuleux notamment sur Uptight et Until You Remember.


Une première impression positive donc... l'avenir nous dira si le couple réitérera les albums et tournées ensemble ou si il ne s'agit que d'une simple parenthèse dans la carrière de ces deux musiciens exceptionnels.

SETLIST:

























Merci à Arnaud pour les photos ;-)






mercredi 8 juin 2011

AC/DC Live at River Plate DVD (2011)


1. Rock N' Roll Train
2. Hell Ain't A Bad Place To Be
3. Back In Black
4. Big Jack
5. Dirty Deeds Done Dirt Cheap
6. Shot Down In Flames
7. Thunderstruck
8. Black Ice
9. The Jack
10. Hells Bells
11. Shoot To Thrill
12. War Machine
13. Dog Eat Dog
14. You Shook Me All Night Long
15. T.N.T
16. Whole Lotta Rosie
17. Let There Be Rock
18. Highway To Hell
19. For Those About To Rock (We Salute You)

Ayant eu la chance d'assister à l'avant première du Live at River Plate dans un cinéma parisien en mai dernier, c'est avec un peu plus de recul que j'ai pu m'attelé au visionnage du DVD. Quel que soit le support j'en ai tiré les mêmes conclusions.



Bien des noms ont été évoqué quant au lieu où serait filmé ce DVD de la tournée Black Ice. Les concerts du Madison Square Garden de New York du 27 et 28 novembre 2008 ayant été filmé, la rumeur de la probabilité de voir un mix de ces deux soirées comme support d'un DVD a longtemps circulé.
Mais ce sont finalement les 3 soirs du 2,4 et 6 décembre 2009 au River Plate Stadium de Buenos Aires (Argentine) qui ont été retenus pour illustrer la tournée du groupe.

La réputation sulfureuse des fans argentins est certainement la raison principale de ce choix de la part des frères Young. Le choix de filmer sur 3 soirs est aussi un moyen de s'assurer de pouvoir palier aux petites baisses de régimes et ratés que peut comporter un live filmé sur une seule soirée.
Les frangins ont très bien retenu la leçon du très décevant DVD de la tournée précédente - Stiff Upper Lip Live. Enregistré au stade olympique de Munich le 14 juin 2001, le groupe indiquera plus tard en interview avoir regretté de ne pas avoir choisis le concert du Stade de France du 22 juin 2001 comme support pour le DVD de la tournée.


Derrière la caméra on retrouve l'éternel David Mallet, qui a commencé à travailler avec le groupe dès 1986 pour les clips de l'album Who Made Who et filme les concerts du groupe depuis 1990 avec la tournée Razor's Edge.

En ce qui concerne la réalisation, il faut dire qu'elle tranche avec les deux précédents Live (No Bull & Stiff Upper Lip Live) de part l'omniprésence du public argentin. L'apparition d'écrans splittés qui offre un panel de points de vues différent allant du groupe, au public et aux vues aériennes du stade est la grosse nouveauté de ce DVD live. On peut discuter du choix de certains plans (ex: certains plans du public pendant les solos d'Angus) et le fan exigeant regrettera de ne pas assez voir le groupe. Mais il faut admettre que ce montage apporte une certaine fraîcheur et un dynamisme qui pallie à cette impression de déjà vu (la gestuelle scénique du groupe ne bougeant pas d'un iota depuis plusieurs tournées) qui s’immisçait dans les précédentes vidéos live du groupe. L'autre nouveauté réside dans la transition des titres qui se fait sans aucun temps mort ajoutant encore à cette impression de dynamisme.



Autant le dire tout de suite, Live at River Plate est avant tout un live dédié aux fans argentins. Impression renforcée par le mini documentaire en bonus du DVD "The Fan, The Roadie, The Guitar Tech & The Meat" qui revient très largement sur les quelques die hard fans pour qui ces 3 concerts est clairement l'évènement de la décennie.
Un public argentin exceptionnel tout au long de ce live, là où il n'était que spectateur auparavant, il devient ici un acteur à part entière. Scandant les refrains et les riffs de guitares... il porte et assiste le groupe pendant ces deux heures de spectacles sans jamais défaillir.

Côté son, on nous gratifie d'un excellent son 5.1, mixé par le non moins célèbre Mike Fraser (auteur du mixage des albums du groupe depuis The Razor's Edge). A l'heure où l'on hurle déjà au trucage... en cause l'ajout d'overdubs et l'ajout des choeurs studio sur Rock N' Roll Train et Thunderstruck, il est bon de se remémorer la piètre bande son d'un No Bull avec un écho persistant et un Brian Johnson en retrait où les quelques contre performances (Thunderstruck, The Jack, Back in Black...) du Stiff Upper Lip Live.
L'envie des fans d'entendre quelque chose d'authentique et spontané est tout à fait compréhensible mais l'envie d'entendre les fausses notes et approximations (sous prétexte que cela rend le groupe plus humain) l'est beaucoup moins à mes yeux.
AC/DC donnant plus dans le show à l'américaine bien rôdé que dans l'improvisation à risque, les approximations sont inacceptables. Du moins elles passent quand on voit le groupe en concert mais une fois dans son salon c'est une autre histoire.


L'unique réel reproche que l'on peut faire à ce DVD, qui s'étend d'ailleurs aux concerts du groupe reste cette setlist immobile depuis plusieurs tournées avec cette impression de déjà vu persistante (cf. vers la fin du concert à partir de You Shook Me All Night Long) que même un montage original et inventif n'arrive à diminuer.

Ceci dit ne nous méprenons pas, Live At River Plate est clairement un live destiné aux masses et aussi un moyen de montrer qu'au bout de 35 années de carrière la messe n'est pas encore dite.
Et de ce point de vue cela place ce live parmi les meilleures vidéos live du groupe.


video